P

our une même pathologie, un même symptôme, les causes peuvent être multiples et varier en fonction de chacun, du terrain énergétique et de la capacité à lutter contre le «Qi pervers», la maladie. En fonction du bilan, le principe de traitement s’adapte ainsi que le nombre de séance et les outils utilisés.

Exemple des céphalées

Les maux de tête peuvent se différencier par la localisation ou le type de douleur.

Une douleur très intense, en “coups de poignards” indique le plus souvent une stagnation de sang, une douleur avec sensation de lourdeur, comme si la tête était dans le coton indique souvent la présence de trop d’humidité dans le corps. Les indications viennent aussi des améliorations ou aggravations de la douleur : si le sujet se sent mieux en s’allongeant, c’est que la céphalée est due à un syndrome de Vide énergétique, si les céphalées sont pires en position couché, alors il s’agit d’un syndrome de Plénitude.